"Femmes ! les Silences de la peinture" - 2016

En 2016, le musée Fournaise s'est intéressé à la représentation de la femme mise en perspective avec l’histoire de son statut, ses droits et son éducation durant la seconde moitié du 19e siècle. 

Femmes !

Les Silences de la peinture (1848-1914)

Du 30 avril au 30 octobre 2016

Portrait de l'Impératrice Eugénie en costume de cour, le regard tourné vers le spectateur et la main tendue au dessus de la couronne impériale
ortrait de l'Impératrice Eugénie, détail d'après F.-X. Winterhalter

Après la Révolution de 1848, les femmes sont une nouvelle fois exclues du suffrage universel. L’Impératrice Eugénie incarne le retour à l’Empire dont elle doit assurer l’avenir dynastique. Sensible aux idées saint-simoniennes, elle réclame la remise du diplôme à la première bachelière et le droit d’accès à la faculté pour les femmes. Mais la société masculine, civile et religieuse, freine l’évolution de leurs droits et contrôle les contenus de leur éducation. Les femmes doivent avant tout devenir de bonnes épouses et mères, garantes des vertus morales de la société.

A travers le statut des femmes se jouent et se rejouent des enjeux de pouvoirs de la société française.

La représentation des femmes en peinture semble se cristalliser sur les archétypes traditionnels qui oscillent entre la Madone, la Muse ou la Séductrice. La couture, la lecture, la promenade sont des sujets récurrents de la peinture, et les thématiques révèlent les valeurs des peintres qui officient. Les femmes travaillent aux champs, lavent le linge, prient Dieu… Silencieuse mais curieuse, une femme de chambre s’installe avec désinvolture devant un secrétaire pour lire les lettres de ses maîtres. Ce n’est qu’en 1896 que les femmes accèdent enfin à l’étude du modèle vivant dévêtu à l’école des Beaux-Arts de Paris. C’est un pas vers la possession de leur corps et de leur image. Le vernis craque lentement. Pas à pas, sous la IIIe République, le statut des femmes progresse. Car le 19e siècle est aussi celui des féministes et de personnalités hors du commun, comme « la Divine » Sarah Bernhardt.

L’exposition réunit une quarantaine d’œuvres prestigieuses provenant de 20 musées français et de collections privées.

Le catalogue de l’exposition est proposé en version numérique uniquement :

Cliquez ici pour le télécharger gratuitement